Comment le perfectionnisme vous garanti d’échouer ?

Dans notre société occidentale moderne, on a tendance à valoriser le perfectionnisme.

On pense que les choses doivent être faite à la perfection sinon ça ne vaut pas la peine de les faire.

C’est peut-être vrai pour certaines activités. J’imagine bien que si vous devez être opéré par un chirurgien, son opération doit être parfaite, encore que la réalité nous montre certaines fois contraire.

On pense que la qualité vaut toujours mieux que la quantité.

Si une personne n’est pas perfectionniste, certaines personnes pensent qu’elle néglige son travail, qu’elle ne s’y intéresse pas assez.

Cette survalorisation du perfectionnisme est à mon avis due à la peur d’échouer.

En effet, en France, l’échec est considéré comme négatif et fait peur. Cette peur est alimentée par notre culture, valorisant la performance intellectuelle beaucoup plus que l’entreprenariat.

Par exemple, les personnes qui font faillite en entreprise sont mal jugées et ont de grandes difficultés à remonter une autre entreprise parce qu’elles sont souvent fichées à la banque, comme marquées au fer rouge.

Par peur d’échouer, beaucoup de personnes ne prennent pas de risque.
Hors la vie elle-même est un risque. Dans tout ce qu’on entreprend dans la vie il y a un risque.

Même être salarié avec un contrat à durée indéterminée est un risque car on est dépendant d’un seul client, son patron et son entreprise, à qui on vend non pas un service ou un produit mais son temps et sa vie.

Il faut savoir calculer ce risque et juger de sa capacité à l’affronter, puis ensuite assumer les conséquences possible de ses décisions.

Le perfectionnisme peut paraître une bonne intention, celle de faire ses tâches et ses actions du mieux qu’on peut, pour atteindre un résultat excellent.
Mais ce perfectionnisme peut être pervers car il a souvent en effet paralysant.

Lorsque nous sommes perfectionnistes, nous avons du mal à prendre des décisions, et surtout des décisions rapides.

Nous sommes comme figé par la peur de nous tromper et de ne pas prendre la bonne décision

Pourtant, les meilleures opportunités demandent de prendre des décisions “à la volée”, sans tergiverser des semaines ou des années, même si on risque de se tromper !

J’ai moi-même été longtemps perfectionniste, et je ne prenais quasiment pas de décision, ou j’avais du mal à en prendre. Résultat, j’ai stagné longtemps.

J’ai ensuite laissé tomber l’idée du perfectionnisme en me disant que rien n’était parfait sur cette terre, et j’ai échoué plusieurs fois dans mes entreprises.

Mais j’en ai tiré des expériences extrêmement riches qui me permettent aujourd’hui d’aller vers d’autres horizons et de voir des opportunités un peu partout.

Du fait que nous ne sommes pas parfaits, l’idéal c’est de commencer à agir après mûre réflexion et après avoir soupesé le risque éventuel.

Une fois entré en action, suivez votre plan d’action sans plus réfléchir ni vous remettre en question à chaque moment.

L’expérience viendra en chemin et la qualité de vos actions, votre manière de penser et vos résultats s’amélioreront automatiquement parce que vous ferez des micro corrections en chemin pour réajuster votre cap.

Tout sera bien meilleur parce que vous vous serez mis en marche sans attendre que tout soit idéal avant de commencer.

S’abonner sur Apple Podcasts
Les coulisses de ma vie d’entrepreneur sur Instagram